Après la divulgation des oeuvres lauréates hier, la SFP lance le vote du public sur une sélection de 10 oeuvres issues du concours Beautiful Science.

Ce concours, lancé par la SFP dans le cadre de son Congrès Général et soutenu par de nombreux partenaires, a reçu plus de 360 oeuvres.

Le jury en a sélectionné 10 à soummettre au vote du public : 8 images et 2 vidéos.

Sont en course :

"Vang Gogh sciatic nerve" d'Andrea TOLEDO
37 ans - PhD in Cell Biology - Institute for Interdisciplinary Neuroscience (IINS) - CNRS/Université de Bordeaux

Légende :  This figure shows a light microscopy image from a semithin section of mouse sciatic nerve stained with toluidine blue and flase-colored with Photoshop

 

 

"Fire in the rain" d' Evgenia Shabalina, Mathilde Cavelier, Isabelle Cantat

Evgenia a 30 ans et est doctorante à l'Université de Rennes 1
Mathilde est étudiante en master 2 à l'Université Paris-Saclay
Isabelle est professeure des universités à l'Institut de Physique de Rennes - CNRS/Université de Rennes 1

Légende : Destabilisation dans le film de savon sous déformation

 

 

"Rhéotropisme" de Pawel Pieranski
72 ans - chercheur en physique émérite - Laboratoire de Physique des Solides d'Orsay CNRS/Université Paris-Sud

Légende :  La photo représente la section spatio-temporelle d'une vidéo obtenue dans une expérience récente avec la texture "sourcier" d'une couche nématique soumise eux écoulements elliptiques.

 

 

"Flux simulé d’un anévrisme" de CREATIS (Collectif : Y. Zhang, R. Corredor, O. Bernard, G. Courbebaisse)
INSA/Université Claude Bernard Lyon 1/CNRS/INSERM/UJM

Légende : Simulation du flux sanguin dans un anévrisme cérébral par la méthode de Boltzmann sur réseau, réalisée dans le cadre du consortium Européen THROMBUS

 

 

 

"Soupe aux lentilles (optiques)" de Paul Lacorre
24 ans, étudiant en physique-chimie à l'Université de Nantes

Légende : Huile sur eau et éclairage LED. Pour expliquer tous les phénomènes physiques qui interviennent dans cette image, il faut faire appel autant à l'optique qu'à la chimie (indice de réfraction, polarité, tension superficielle, surface minimale, densité et poussée d'Archimède...).

 

 

"Anemone" de Philip Poupin
étudiant en biologie (licence 3) et scaphandrier/photographe

Légende : La fluorescence est un mécanisme bien connu en optique. Il consiste en lumière d'émission à une longueur d'onde précise (ici 460nm, donc bleue) qui vient exciter des molécules particulières. Afin de retourner à leur état stable, les atomes constituant ces molécules absorbent une parties de l'énergiereçu et rémittent une autre partie à une énergie inférieure et donc à une longueur d'onde plus élevé (la longueur varie inversement à la quantité d'énergie). Les atomes émettent donc dans le vert, le rouge, le rose... pour le plus grand plaisir de nos yeux. J'ai appliqué cette technique au milieu naturelle, certains organismes ayant naturellement et certainement intentionnellement la propension à produire des molécules fluorescente. Je photographie donc in situ, la nuit dans l'eau, seul ou en binôme avec un éclairage spécial, un masque et un appareil photo munis d'un filtre "coupant' afin d'exclure la lumière bleue d'excitation et ne garder que la lumière réémise. 
Il est supposé que ces molécules sont produites par ces organismes servent à communiquer entre congénère (reproduction par exemple) voir à se camoufler (les organismes n'ayant pas les photorécepteurs sensibles à ces longueurs d'onde autre que le bleu très présent dans l'eau de mer ne peuvent voir ces proies chatoyantes... un paradoxe pour nos cerveaux d'humain.  Des recherches futures devraient permettre d'élucider certaines aspects éthologiques comme biotechnologiques liés à ces observations. 

 

 

>

 "Nano-Needles in a Tiny Haystack I " de Pierre Gaffuri

26 ans, doctorant à Grenoble dans le laboratoire des Matériaux et du Génie Physique (LMGP) et l'Institut Neel
Université Grenoble Alpes, CNRS, Grenoble INP
CDP IDEX Eco-SESA

Légende : Les nanofils d'oxyde de zinc (ZnO) sont des structures prometteuses pour de nombreux dispositifs nanométriques. Si leur synthèse par voie chimique est la façon la plus écologique de les fabriquer, elle peut réserver quelques surprises lorsqu'on les caractérise par Microscopie Électronique à Balayage ; on tombe parfois sur des inhomogénéités, amas, trous ou coalescences nanométriques, qui laissent rêveur. On se sent presque chanceux de trouver ces défauts, si petits par rapport à la surface d'observation, comme un nanofil dans une petite botte de foin. 

 

 

"Les yeux de Narcisse" de Goce Koleski
26 ans - thésard au Laboratoire Ondes et Matière d'Aquitaine, CNRS/Université de Bordeaux 

Légende : Une minuscule fontaine subaquatique propulse à la verticale un mince jet d'eau créant un écoulement divergent à la surface. Un jet suffisamment intense déstabilise l'écoulement radial centrifuge, de forme globalement toroïdale, en un ensemble périodique de vortex contrarotatifs s'organisant en corolle autour de la source. L'injection de colorant fluorescent (fluorescéine) permet de dévoiler des structures tridimensionnelles d'une beauté farouche, associées aux différents motifs multipolaires se développant à l'interface (un quadrupôle dans le cas de la photographie), et prisonnières de la cellule expérimentale.
Alors pourquoi intituler ainsi cette photographie ? Les yeux en amande que nous découvrons ici, rougis par une contemplation trop appuyée de sa propre beauté, sont ceux de Narcisse. D'aucuns seraient surpris d'apprendre que Narcisse portait fort bien la moustache, détail que le mythe originel n'évoque pourtant jamais. C'est lui, Narcisse, qui dans quelques instants se changera en cette magnifique fleur aquatique qui porte désormais son nom. Fait curieux, c'est un narcisse mutilé, à quatre pétales au lieu de six que nous voyons ici. Le récit des poètes de l'Antiquité omet de préciser que, la nymphe des sources Écho, par dépit amoureux, arracha deux pétales de la fleur qu'elle caressait, alanguie, du bout de ses doigts. Deux pétales, pour deux coeurs brisés par un amour impossible...
Pour le scientifique, cette photographie est une mise en garde tacite. Toi, jeune mortel, servant la Déesse Physique avec passion, garde-toi bien de contempler béatement ses charmes, car tu t'y abîmerais dans des gouffres insondables, mais songe plutôt à user de ta raison. Peut-être est-ce aussi ce à quoi croyait Rabelais, quand il affirmait autrefois que "Science sans conscience n'est que ruine de l'âme", au-delà même de tout souci de moralité en sciences ?

 

      

"Plasmas in a donut" de Matthieu VITSE en collaboration avec Craig MICHOSKI et Gabriele MERLO - Université du Texas
Matthieu a 30 ans, vit à Paris et est freelance en visualisation scientifique.

Légende : Cette vidéo représente les résultats de la simulation de plasmas dans une section droite de tore (Cyclone Base case). Deux champs sont représentés en vis à vis : la densité d’ions présents dans la coupe poloïdale (gauche) et la température dans la section droite (droite).

 

"Film de savon dansant" de Camille Gaulon et de Florence Elias
Camille a 25 ans et est doctorante au Laboratoire Matière et Systèmes Complexes, CNRS/Université Paris Diderot
Florence a 46 ans et est professeure des universités

Légende : En trempant l'extrémité d'un tube cylindrique dans un mélange d'eau et de liquide vaisselle, une fine membrane de savon s'y forme. A la seconde extrémité du tube, un haut-parleur émet de la musique. Cette dernière fait alors vibrer et danser le film de savon, mettant en jeu une physique très riche : interférences lumineuses, décomposition de la lumière blanche, résonances acoustiques, phénomènes capillaires et écoulement (streaming) acoustique s’associent pour faire danser les irisations colorées au rythme de la musique. La physique du quotidien offre ici un véritable spectacle son et lumière !

 

Pour voter :

1. Aimer la page Facebook / Suivre le compte twitter de la SFP
2. "Aimer" l’œuvre que vous préférez parmi les 10 publiées
3. La partager

L’œuvre cumulant le nombre le plus élevé de partages (autant sur Facebook que sur twitter) sera élue gagnante. Son ou ses auteur.e.s seront convié.e.s à la remise de prix le 11 juillet à La Cité des Congrès de Nantes aux côtés des autres lauréat.e.s. Plein de cadeaux à gagner !

Date limite des votes : mercredi 5 juin 2019 à midi

 

Benoît Deveaud, 67, for pioneering optical spectroscopy studies dedicated to...
Doté de 1500 euros, ce prix est créé en 2007 par la Division de Chimie...