La SFP décerne chaque année des mentions aux prix de thèse Prix Daniel Guinier et Saint Gobain (voir les lauréats de cette année), destinées à encourager de jeunes physicien(ne)s ayant réalisé un remarquable travail de thèse.

 

Les deux mentions pour le Prix Daniel Guinier 2015 sont décernées à Cateline LANTZ et Cyril BECOT.

Cyril BECOT a effectué sa thèse au LAL (CNRS / Université Paris-Sud) dans le groupe ATLAS sous la direction de Louis Fayard. Sa thèse, intitulée "Diphoton lineshape of the BEH boson using the ATLAS detector at the LHC : calibration, mass, width and interferences" (lien) comporte deux parties : l'une liée à la calibration du calorimètre électromagnétique d'ATLAS, l'autre reliée à l'effet de l'interférence entre le Higgs lorsqu'il se désintègre en deux photons  et les autres réactions conduisant à 2 photons dans l'état final. Dans chaque cas, C. BECOT a pu démontrer un impact très important, ce qui est  un exploit dans une collaboration de 3000 personnes, grâce à ses qualités intellectuelles, son travail acharné, sa ténacité et l'étendue très large de ses connaissances.  Il a pu réduire l'impact de la calibration sur la mesure de la masse du Higgs de 700 MeV à 280 MeV. 

L'étude de l'interférence du boson de Higgs avec les autres réactions est un sujet complètement nouveau, car même si le phénomène était répertorié, personne ne s'était attaqué à sa simulation. 

Cyril a donc effectué un travail précurseur en très forte interaction avec les théoriciens ,  démontrant la nécessité de tenir compte d'un tel effet à plus forte statistique. Cet effet sera également présent en cas de découvertes d'autres bosons plus massifs se désintégrant en deux photons.  Il est de plus sensible à la largeur totale  du boson de Higgs , qui reste un paramètre important et difficile d'accès. Pour preuve de l'importance de son impact personnel et sa très grande autonomie, la collaboration ATLAS l'a nommé éditeur en chef de la note d'analyse publique dédiée à cet effet. Ce privilège est très rarement accordé à un étudiant. 

Le lien vers sa thèse :    http://cds.cern.ch/record/2065179/files/CERN-THESIS-2015-193.pdf

 

 

Le travail de thèse de Cateline LANTZ, intitulée " Étude des processus d’altération aqueuse et de maturation des surfaces par space weathering des astéroïdes primitifs en support aux futures missions spatiales de retour d’échantillons" (lien) a été réalisé au LESIA de l'Observatoire Paris-Meudon / CNRS sous la direction de Antonella Barucci et Sonia Fornasier et soutenue le 25 septembre 2015.  Ce sujet concerne la compréhension des mécanismes physiques qui modifient la surface des petits corps du système solaire, sous l'influence du rayonnement, de bombardements (micrométéorites, ions) et d'effets thermiques. Le travail de thèse de C. Lantz a permis de localiser plus finement la position de  “la ligne des glaces” dans le système solaire c'est à dire la zone où la forme dominante de l'eau passe de la phase vapeur (proche du soleil) à la phase glace (loin du soleil). Il fut abordé par deux voies complémentaires : l'étude fine des spectres visible-IR des objets astrophysiques, et l'expérimentation en laboratoire de ces mécanismes combinée au suivi spectroscopique des modifications induites par l'irradiation.

Le sujet de doctorat à double expertise astrophysique / expérimentation a fait appel à des connaissances et à des techniques de caractérisation physique très variées et complémentaires. Les résultats apportés sont très riches et très utiles à la communauté étudiant le système solaire et ils permettent de jeter un pont entre ces différentes communautés. L’analyse observationnelle, photométrique et spectroscopique, a été effectuée sur les familles de Themis/Beagle situées entre 3.05 et 3.24 UA et composée d'astéroïdes primitifs. Les résultats de cette thèse représentent un support précieux à la définition des stratégies d’observation et de sélection du lieu pour la collecte des échantillons d’un astéroïde primitif. il est en effet important de bien choisir le lieu de surface le plus primitif et le plus riche en matériaux organiques, et donc moins altéré.  Ce travail est directement relié aux études sur le matériau pré-biotique qui a servi aux  conditions initiales à la formation de la vie sur Terre.

Le lien vers sa thèse :    http://hal-obspm.ccsd.cnrs.fr/tel-01267119v1

 

 

Les deux mentions pour le Saint-Gobain 2015 sont décernées à Mohamed EL BEHEIRY et Paul CHEVALIER.

Mohamed EL BEHEIRY a obtenu un master en ingénierie biomédicale à Toronto au Canada. Après une année en entreprise comme consultant il a fait sa thèse en Physique du Vivant à l’Institut Curie sous la direction de Maxime Dahan. L’intitulé de sa thèse de doctorat de l’université Pierre et Marie Curie est : " Towards Whole-Cell Mapping of Single-Molecule Dynamics " (lien).

Son travail est consacré aux méthodes d’analyses des signaux en super-résolution pour le suivi de molécules uniques à la surface de cellules. Il s’agit de mesurer les trajectoires individuelles de molécules fluorescentes, les représenter et d’interpréter les résultats. L’essentiel des analyses actuelles repose sur une mesure des coefficients de diffusion par une mesure directe du déplacement quadratique moyen (MSD). L’originalité du travail de El Beheiry est de mettre en place une analyse par inférence Bayésienne et de segmenter le milieu cellulaire pour arriver à avoir des mesures locales. Ces mesures sont à la fois plus précises que les méthodes traditionnelles et permettent une meilleure interprétation des données. On a ainsi la possibilité d’avoir des mesures locales du mouvement Brownien pour déterminer des coefficients de diffusion locaux et de remonter à des potentiels d’interactions localisés entre la molécule considérée et son environnement. Ce type d’analyse est en plein essor et à ce titre le travail de El Beheiry représente un pas important. Cette nouvelle analyse sera diffusée à la communauté scientifique, en particulier grâce à la publication des logiciels dans le journal Nature Methods.

Concrètement Mohamed El Beheiry a déjà appliqué cet outil au suivi de particules dans les neurones pour étudier l’interaction de la géphyrine avec des récepteurs membranaires ainsi qu’à des protéines servant au remodelage du génome (CRISPR-Cas9). L’essentiel des travaux portait sur un suivi de particules à 2D mais il a exploré l’extension à 3D en utilisant des systèmes d’imagerie élégants (optique adaptative ou multifocus). C’est un très joli travail, particulièrement novateur. La méthode que M. El Beheiry a mise au point est appelée à se développer très largement à l'avenir et à avoir des retombées très importantes en biologie, une fois tombée la barrière mathématique pour les biologistes, ce que les logiciels produits par M. El Beheiry devraient fortement accélérer.

Le lien vers sa thèse :      http://www.theses.fr/2015PA066618

 

 

Paul CHEVALIER a effectué sa thèse dans le laboratoire MINAO (CNRS / ONERA), sous la direction de M. Riad Haidar. Cette thèse, intitulée " Hyperfocalisation de la lumi`ere par structuration sub-longueur d’onde " (lien) a porté principalement sur le développement de nouvelles nanostructures de type métal-isolant métal, pour des applications en optique. Plus précisément, ces structures constituent des nano-antennes de dimensions sub-longueur d’onde, avec pour but de concentrer le champ électromagnétique dans des volumes les plus petits possibles.  Cette thèse a en particulier permis de développer le concept de nano-résonateur de Helmoltz optique, qui a été décliné sur différents modes, allant du système isolé à des systèmes périodiques simples, puis à des systèmes plus complexes présentant plusieurs « modes », permettant d’accéder à des spectres de résonance en fréquence multi-pics, afin d’élargir la versatilité des systèmes. Ce travail a combiné la modélisation théorique à des développements pointus dans le domaine de la nano-fabrication. 



Un grand nombre de dispositifs a été préparée et testé,  réalisations expérimentales de dispositifs. Le résonateur de Helmoltz optique offre une variété de design assez impressionnante en fonction de la position de l’orientation de(s) fente(s) du résonateur, le la combinaison de fentes de dimensions et de matéraixu variables. Enfin, la thèse comporte une e première validation expérimentale, dans le domaine de la détection infra-rouge de l’octodécanethiol.

En résumé, il s’agit donc d’un travail exceptionnel à la fois par l’originalité et la puissance du concept, par la quantité de structures conçues et élaborées, et par la variété des compétences mises en œuvre. 

Lien vers sa thèse :  http://www.minao.fr/media/cms_page_media/169/Manuscript_PC.pdf

 

Membres du jury 2016 (pour ces thèses soutenues en 2015): 

Michel Spiro - Président de la Société Française de Physique

Jean-Jacques Benattar - Secrétaire Général de la Société Française de Physique (SFP)

Jean-François Allemand - Représentant de la division Physique et Vivant de la SFP

Denis Burgarella - Président de la division Astrophysique de la SFP

François David - Président de la division Physique Théorique de la SFP

Amel Korichi - Représentante de la division Physique Nucléaire de la SFP

Marc Leonetti - Représentant de la division Matière Condensée de la SFP

Andrew Mayne - Représentant de la division Physique Atomique et Moléculaire Optique (PAMO) de la SFP

Patrice Malfreyt - Président de la division Chimie-Physique de la SFP

Jean-Luc Revol - Représentant de la division Accélérateurs de la SFP

Jean-Louis Viovy - Président de la division Polymères de la SFP

Guy Wormser - Président de la division Champs et Particules de la SFP

 

Lauréats des Prix Jeunes Chercheurs/euses 2015 :

cliquer ici

 

Précédents lauréats :

Prix Daniel Guinier : cliquer ici

Prix Saint-Gobain : cliquer ici

Le Comité National Lumière & Société, en collaboration avec la Société...
Le Conseil d'Administration du 24 mars 2017 a décidé d'opter pour la mise en...