La SFP décerne chaque année des accessits aux prix de thèse Prix Daniel Guinier et Saint-Gobain - voir les lauréats de cette année -, destinés à féliciter et encourager de jeunes physicien(ne)s ayant réalisé un remarquable travail de thèse.

 

Lou Barreau a effectué sa thèse intitulée :

 Étude de dynamiques de photoionisation résonante à l’aide d’impulsions attosecondes 

au Laboratoire LIDyL - CEA/Université Paris Saclay - sous la direction de Pascal Salières.

Son travail expérimental comporte deux volets. Un premier volet porte sur l’étude de la dynamique ultrarapide de l’autoionisation dans les gaz rares grâce à l’interférométrie électronique attoseconde. Ces travaux ont entre autres permis d’observer au cours du temps l’apparition d’un paquet d’ondes électronique autoionisant et la formation du célèbre profil de raie de Fano, et ont été publiés dans la revue Science. Le deuxième volet porte sur la caractérisation complète de la polarimétrie du spectre harmonique généré en champ bichromatique circulairement polarisé. Cette dernière méthode est fondamentale pour l’étude de la dynamique de la chiralité ou encore de l’étude du magnétisme ultra-rapide résolue en temps. 

Les expériences réalisées ont permis de caractériser entièrement l’état de polarisation du rayonnement harmonique généré dans ces conditions. Avec l’appui de simulations numériques, plusieurs mécanismes susceptibles de modifier la polarisation ont été mis en évidence et des propositions concrètes pour pallier aux difficultés sont proposées. Cette dernière méthode est fondamentale pour l’étude de la dynamique de la chiralité ou encore de l’étude du magnétisme ultra-rapide résolue en temps. Le manuscrit démontre la parfaite maitrise du sujet par Lou Barreau et sa capacité à en donner une vision innovante. Les résultats obtenus ont déjà un impact dans le domaine très compétitif de la dynamique attoseconde. C'est donc avec grand enthousiasme que la Société Française de Physique décerne à Lou Barreau un accessit pour le Prix Saint-Gobain 2017.

Lien vers sa thèse :  https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01686442v2/document

 

 

Mohamad Tarhini a effectué sa thèse intitulée :

Measurement of Z-boson and J/ψ Production in p-Pb and Pb-Pb Collisions at √sNN = 5.02 TeV with ALICE at the LHC 

à l'Institut de Physique Nucléaire d'Orsay, CNRS/Université Paris-Sud, sous la direction de Bruno Espagnon.

La thèse de Mohamad Tarhini porte sur la première mesure dans l’expérience ALICE de la production de boson Z dans les collisions p-Pb et Pb-Pb. ALICE est l’une des quatre grandes expériences du Grand Collisionneur de Hadrons (LHC) au CERN. Elle a pour objectif d'étudier un état extrême de la matière nucléaire qui aurait existé quelques microsecondes après le Big-Bang : le Plasma de Quarks et de Gluons (QGP). La mesure effectuée par Mohamad est essentielle car le boson Z étant insensible à l'interaction forte, elle permet de sonder l'état initial de la collision dans les domaines cinématiques couverts par l'expérience et ainsi d'espérer pouvoir séparer les effets dus à l'état initial de la collision des effets dus au QGP.

 

Mohamad Tarhini a également étudié la production du méson J/ψ (état lié c-cbar) en collisions Pb-Pb au LHC. Dans ces collisions, la production de J/ψ  est très affectée par la formation du QGP. Son travail a consisté à obtenir une mesure de la production de J/ψ dans les collisions Pb-Pb à l'énergie de 5 TeV par nucléon dans le centre de masse. Cette mesure, remarquable par sa précision, montre la faible suppression de la production des J/ψ de basse impulsion transverse, en accord avec l’hypothèse d'une production secondaire par des processus de recombinaison des quarks charmés.

Mohamad a fourni un travail exceptionnel, contribuant de façon décisive à toutes les étapes de ces analyses, depuis la prise des données jusqu’aux résultats finaux. L'ensemble de son travail a conduit à trois publications dans des revues internationales à comité de lecture. Mohamad a également été sélectionné pour présenter ses résultats à la plus importante conférence internationale du domaine : Quark-Matter 2017.

Lien vers sa thèse :  https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01691725/document

 

Membres du jury :

Catherine LANGLAIS - Présidente de la Société Française de Physique

Jean-Paul DURAUD - Secrétaire Général de la Société Française de Physique

Debora SCUDERI - Représentante de la division Chimie-Physique de la SFP

Carlos MUNOZ - Président de la division Champs et Particules de la SFP

Jean-Marie BROM - Représentant de la division Physique Nucléaire

François LIQUE - Président de la division Astrophysique de la SFP

Patricia BASSEREAU - Présidente de la division Physique & Vivant

Olivier DULIEU - Président de la division PAMO

Yvette TRAN (GFP) - Représentante du Groupement Français des Polymères

Olivier SANDRE - Président de la division Matière Condensée

 

Lauréats 2017 :

Cliquer ici

 

Précédent(e)s lauréat(e)s :

Cliquer ici