Colloque organisé par le Cnrs.

Le système international d’unités de mesure achève cette année une profonde refonte : 4 des 7 unités fondamentales — la masse (le kilogramme), la mole, le Kelvin et l’Ampère — sont redéfinies, sur la base de constantes fondamentales et non plus matérielles, comme l’ensemble des unités aujourd’hui. Cela signifie notamment que le kilogramme ne sera plus défini à partir d’un étalon matériel, le fameux kilo étalon conservé au Pavillon de Breteuil à Sèvres.

Cette profonde évolution répond aujourd’hui à un vœu qui ne date pas d’hier, mais bien de la Révolution française à un moment où le souhait de faire advenir « des mesures pour tous en tout temps et en tout lieu » a été formulé… Ce processus s’appuie sur l’établissement d’une convention internationale entre pas moins de 58 Etats. Le point d’orgue et la validation de cette redéfinition majeure des unités de mesure est la 26ème Conférence Générale des poids et mesures qui se tiendra en novembre prochain à Versailles.

Le CNRS a voulu saisir cette occasion pour engager une réflexion interdisciplinaire sur le rôle et les enjeux de la mesure pour les sciences. Quelle place occupe la mesure non seulement dans la construction des savoirs scientifiques mais également dans la construction des normes pour la science et, au-delà, pour la société dans son ensemble ? Comment se construit — ou pas — la confiance dans la mesure, aussi bien dans l’élaboration des savoirs que dans la prise de décision politique ? Ce sont quelques-unes des questions qui seront abordées lors de ce colloque.

« Tous mesureurs, tous mesurés. La science au cœur de la société » — est organisé les 18 et 19 octobre prochain, à Paris Michel-Ange.

https://mesures.sciencesconf.org/