La SFP et l’IPN Orsay ont organisé une cérémonie de remise de prix le vendredi 24 avril de 15h30 à 18h à l’auditorium Irène Joliot-Curie de l’IPN Orsay.

Les prix suivants ont été remis aux lauréats :

  • Michel Guidal (IPN Orsay, prix Joliot-Curie 2014),
  • Sydney Galès (IPN Orsay, grand prix Robin 2014),
  • Thomas Duguet (IRFU Saclay, prix Joliot-Curie 2012),

par M. Faiçal Azaiez (Directeur de l' IPNO), M. Philippe Chomaz (Directeur l' IRFU), M. Alain Fontaine (Président de la SFP), M. Jérôme Margueron (Président de la Division Physique Nucléaire SFP), M. Jacques Martino (Directeur de l' IN2P3), et M. Michel Spiro (Vice-Président de la SFP). Cette cérémonie sera aussi l'occasion de saluer les travaux d'Elias Khan (IPN Orsay) qui a reçu le prix Jean Thibaud 2014 (Académie des Sciences, Belles Lettres et Arts de Lyon).

Cette cérémonie est organisée avec le concours de la Division de Physique Nucléaire et contribue aux journées de la Division.

 

Le programme de cet après-midi fut constitué des présentations suivantes:

- Michel Guidal : La tomographie du nucléon.
Plus de 40 ans après la mise en évidence de sa composition en quarks et gluons, la structure et la dynamique internes du proton, le noyau de l'élément chimique le plus abondant dans l'Univers, reste encore un grand mystère. Quelles sont les distributions spatiales et en énergie des quarks et gluons (génériquement appelés "partons") à l'intérieur du proton ? Comment contribuent-ils aux propriétés globales (masse, spin, charge,...) du proton ? Nous donnerons dans ce bref exposé quelques éléments de réponse a ces questions fondamentales, à l'intersection de la physique nucléaire et de la physique des particules, issues de récentes expériences de diffusion Compton virtuelle sur le proton effectuées auprès de l'accélérateur d'électrons du Jefferson Lab.

- Sydney Galès : Physique Nucléaire : une vision(!) de la science, de ses impacts technologiques et de ses ambitions.
Des symétries aux limites du modèle « standard » de la physique nucléaire, des excitations « individuelles » aux modes collectifs, des noyaux exotiques à la physique à l’interface des lasers de haute puissance, des plasmas et du noyau, cet expose se propose de discuter  de quelques avancées de la physique nucléaire « moderne » et de son avenir à moyen terme. Ces avancées et ambitions pour le futur seront illustrées à travers quelques contributions personnelles à la science, au rôle de l’innovation technologique et de  grands instruments et aux modes d’organisation de cette discipline.

- Thomas Duguet : Avant de devenir simples les choses sont compliquées.
Le noyau atomique est un système quantique mésoscopique de fermions en interaction forte dont la phénoménologie est d’une richesse et d’une diversité extraordinaires. A ce jour, notre capacité à expliquer la façon dont les traits, même les plus basiques, de cette phénoménologie émergent des interactions élémentaires entre les constituants du noyau reste encore limitée. Les dix dernières années ont cependant témoigné d’un foisonnement d’idées théoriques nouvelles dont l’ambition est, en lien avec les projets expérimentaux de production et d’étude de noyaux toujours plus exotiques, d’accéder à la compréhension d’un grand nombre de noyaux dans tous leurs états à partir de principes premiers. Dans ce bref exposé, nous tenterons de résumer ces travaux et de dessiner le contour des nombreux enjeux qui s’ouvrent aujourd’hui dans cette perspective.

 

Cliquer ici pour consulter le dossier de presse

 

Programme de la journée en version pdf