Le prix Nobel de Physique 2018 vient d'être attribué au français Gérard Mourou, à la canadienne Donna Strickland et à l'américain Arthur Ashkin pour leurs "inventions révolutionnaires en physique du laser .

Gérard Mourou (Ecole Polytechnique, France mais aussi associé au CNRS et au CEA) et Donna Strickland (Université de Waterloo, Canada) partagent le prix Nobel pour "leur méthode de génération d'impulsions optiques de durée ultrabrève et de forte intensité". Ces deux chercheurs sont en effet les co-inventeurs de la méthode dite d'amplification d'impulsion par dérive de fréquence" ("chirped-pulse amplification" ou CPA) mise au point dans le milieu des années 80. Cette méthode consiste à sélectionner une impulsion laser ultrabrève mais modérément puissante, à l'allonger dans le temps en utilisant des paires de réseaux de diffraction et à augmenter ensuite son énergie de plusieurs ordres de grandeur avec des amplificateurs laser. L'impulsion résultante est alors raccourcie à nouveau en utilisant une autre paire de réseaux pour produire une impulsion dont la puissance crête peut de nos jours atteindre la gamme des pétawatts (10^{15} watt). Cette technique révolutionnaire a ouvert la voie à l'optique dite ultrarapide et de très forte puissance, où des impulsions optiques de durée femtoseconde (10^{-15} seconde) sont focalisées à des dimensions micrométriques sur des cibles solides ou dans des gaz. L'intensité (ou éclairement) ainsi obtenue permet de produire des plasmas opérant en régime relativiste, d'accélérer des particules à des énergies de plusieurs centaines de MeV et de produire des sources de photons énergétiques capables d'exciter des noyaux atomiques (photonique nucléaire). Les retombées de la technique CPA sont très nombreuses - de la fusion contrôlée par confinement inertiel jusqu'à la biophysique en passant par la spectroscopie moléculaire ultrarapide - de sorte que la plupart des laboratoires académiques comme industriels possèdent en général un laser à impulsions femtosecondes exploitant cette technologie.

Originaire de l'Ardèche, Gérard Mourou est le 14ème Français lauréat du prix Nobel de physique. Professeur à l’École Polytechnique et Directeur du Laboratoire d’Optique Appliquée jusqu'en 2009, il avait été primé l'an dernier par l’American Physical Society pour sa contribution dans les recherches en physique du laser. La Société Française de Physique félicite Gérard Mourou pour ses travaux et pour l'obtention du prix Nobel 2018 qui couronne une nouvelle fois l'excellence française en physique.

La Société Française de Physique se réjouit  également de l'attribution du prix à Donna Strickland pour sa contribution majeure  à cette découverte. Elle devient ainsi la troisième lauréate femme du Prix Nobel de Physique.

Arthur Ashkin, chercheur à la retraite des Laboratoires Bell (USA), est pour sa part connu pour ses travaux novateurs en optique non-linéaire ayant mené à l'invention des pinces optiques ("tweezers") utilisées pour la micromanipulation d'atomes dans les condensats de type Bose-Einstein, ou de virus et de cellules en biologie. Il est aussi connu pour ses travaux sur les effets photoréfractifs et la génération de seconde harmonique en optique non-linéaire.

______________

Suite à l’annonce de l’attribution du prix Nobel de Physique à Gérard Mourou, les réseaux sociaux ont largement diffusé une vidéo qu’il a réalisée en 2009. Avec ce clip, Gérard Mourou pensait alors probablement promouvoir ELI, le projet laser européen qu’il coordonnait. Cette courte séquence de moins de 4 minutes n’apporte aucune information scientifique sur le projet ELI mais se limite à diffuser des pseudo-situations de scientifiques en amphithéâtre de cours ou en laboratoire de recherche, séquences bourrées de clichés de pouvoir masculin. La SFP dénonce l’image des femmes donnée dans ce clip, image totalement opposée à ses propres valeurs d’humanisme et d’ouverture à la diversité, et affirme son engagement fort dans des actions concrètes pour une juste reconnaissance des femmes en physique et une promotion de la science auprès des jeunes.