La Société Française de Physique a le plaisir d'annoncer les lauréats de ses deux prix de thèses soutenues en 2018, les Prix Daniel Guinier 2018 et Saint Gobain 2018.

L'article dédié aux accessits décernés se trouve ici !

Prix Saint-Gobain 2018

   

Le prix Saint-Gobain 2018 de la SFP est décerné à Samuel BEAULIEU, qui a effectué sa thèse à l'INRS-Montréal et au CELIA (CNRS/CEA/Université de Bordeaux) sous la direction de François Légaré et Yann Mairesse. Elle s'intitule

"Probing femtosecond and attosecond electronic and chiral dynamics : high-order harmonic generation, XUV free induction decay, photoelectron spectroscopy and Coulomb explosion".

 

La thèse de  s’inscrit dans le contexte des recherches de physique fondamentale sur la dynamique ultra-rapide d’atomes et de molécules, induite par des impulsions laser ultra-brèves.  Plus précisément, ce travail porte sur l’étude des mesures de dynamique- électronique et chirale à l’échelle femto-seconde et atto-seconde en utilisant des impulsions laser ultra-courtes générées par des harmoniques d’ordre élevé dans un gaz rare. Ce travail a été effectué en cotutelle sous la direction de Yann Mairesse du CELIA (Bordeaux) et François Légaré d’INRS (Montréal). Parmi plusieurs résultats remarquables, deux expériences menées par Samuel Beaulieu démontrent la qualité de son travail. En première, il a développé une source laser innovante et en appliquant la technique dite du « phare-attoseconde tir-à-tir », il a pu étudier en détail la décroissance radiative induite par le champ fort du laser pour comprendre les composantes spectrales inconnues dans les spectres harmoniques des gaz rares. Le deuxième exemple porte sur la caractérisation dynamique de la chiralité des molécules. Ici, Samuel a mis en œuvre une approche expérimentale originale pompe-sonde permettant de décoder les mécanismes chiraux de manière temporelle. Ainsi, il a donné des preuves que le dichroïsme circulaire de photoélectrons est universel dans tous les régimes d’ionisation, et joue un rôle clef dans la synthèse asymétrique. Il a fait la première expérience de femto-chimie chirale en suivant la relaxation électronique de molécules excitées.

Samuel Beaulieu a réussi une thèse exceptionnelle par son goût pour la science, son pragmatisme, son innovation et son efficacité. Sa recherche a été récompensée par des nombreuses publications du plus haut niveau. Il a montré un grand dynamisme dans la thématique chiralité au CELIA et a su apporter les collaborations externes démontrant ainsi son expertise de chercheur. 

Le lien vers sa thèse : ici

 

Prix Daniel Guinier 2018

Le prix Daniel Guinier 2018 est décerné à Nancy PAUL-HUPIN qui a effectué sa thèse au CEA-Saclay intitulée "First spectroscopy of 110Zr with MINOS" (Magic Numbers Off Stability), sous la direction d' Alexandre OBERTELLI (TU Darmstadt en Allemagne).

Nancy Paul-Hupin s'est intéressée à l'étude des noyaux riches en neutrons produits par réactions de fragmentations auprès de RIBF (Radioactive Ion Beam Factory) au Japon. Ces faisceaux relativistes couplés à des cibles épaisses fournissent la luminosité la plus élevée pour l'étude de noyaux très rares comme le cas du 110Zr qui fait l'objet de sa thèse. La motivation principale était de sonder les effets de couches loin de la stabilité autour de N=70 : sujet de grande actualité en physique nucléaire mais très complexe compte-tenu du bruit de fond et des faibles sections efficaces. Le choix du noyau est très pertinent car, si un nouveau gap à N=70 existait, il serait visible dans le 110Zr qui combine deux fermetures de couches de l'oscillateur harmonique avec ses 40 protons et 70 neutrons. 

Le deuxième volet de son travail portait sur les sections efficaces d'arrachage d'un nucléon, (p,2p) et (p, pn), une étude complémentaire qui en soit aurait pu constituer un autre sujet de thèse. Les systématiques de sections efficaces ont montré que les réactions (p,2p) pour un projectile de numéro atomique pair avaient une plus grande section efficace que les projectiles de numéro atomique impair. Elle montre également que les caractéristiques générales observées pouvaient simplement s'expliquer par la forte influence de l'effet d'appariement sur la densité d'états dans le spectre du noyau produit par la réaction. Nancy compte de nombreuses publications à son actif dont 2 PRL en premier auteur, 4 conférences en tant qu'invitée, 3 séminaires dans des laboratoires tout en ayant effectué 360h d'enseignement en Bachelor et Master. Elle s'est aussi impliquée dans la vie du laboratoire et de l'école doctorale (éditrice journal local de l'université en Licence, Alumni de l'université, organisation d'evenements CEA + PHENIICS ED).

Le lien vers sa thèse : ici

 

Leur remise de prix se tiendra lors des prochaines Rencontres Jeunes Physicien.ne.s (RJP) le 29 novembre prochain au Collège de France à Paris.

 

Membres du jury

Catherine LANGLAIS - Présidente de la Société Française de Physique

Jean-Paul DURAUD - Secrétaire Général de la Société Française de Physique

Alain FONTAINE - Secrétaire aux Prix de la SFP

Debora SCUDERI - Représentante de la division Chimie-Physique de la SFP

Marios PETROPOULOS - Président de la division Champs et Particules de la SFP

Amel KORICHI - Représentante de la division Physique Nucléaire de la SFP

Olivia DU ROURE - Représentante de la division Physique & Vivant de la SFP

Andrew MAYNE - Représentant de la division PAMO de la SFP

Olivier SANDRE - Président de la division Matière Condensée de la SFP

Zakaria MELIANI représentante de la division Accélérateurs de la SFP

François LIQUE - Président de la Division Astrophysique

 

Accessits aux Prix 2018

Cliquer ici

 

Précédent.e.s lauréat.e.s

Cliquer ici