Roger MAYNARD, président de la SFP de 2005 à 2007, est décédé le 30 mai 2015. 

Né à Nice en 1938, il était professeur émérite de physique à l’Université Joseph Fourier à Grenoble depuis 2003. Après avoir effectué ses études de physique à l’Université de Marseille, Roger MAYNARD s’est installé en 1961 à Grenoble, pour commencer une thèse sur la physique de la matière condensée à basse température, sous la responsabilité du professeur Dreyfus, un lieu qu’il n’a plus jamais quitté, à l’exception d’un séjour postdoctoral à Los Angeles.  Tout au long de sa carrière professionnelle, Roger MAYNARD a été enseignant-chercheur très actif pour le rayonnement  de l’Université Joseph Fourier.

Scientifique, Roger MAYNARD est l’auteur d’une centaine de publications internationales, quelques-unes avec un indice de citation très exceptionnel. Avec une intuition, toujours originale et novatrice, il aborde de nombreuses thématiques, les verres, les phonons, l’optique nonlinéaire, la mésoscopie des photons, la supraconductivité et la nanophysique, l’acoustique, les cristaux liquides, la théorie d’information, la sismologie, la physique numérique… Une vingtaine de thésards ont développé leurs travaux sous sa responsabilité. Au-delà, il a soutenu sans hésitation un nombre incalculable de jeunes chercheurs, un nombre qui dépasse probablement la centaine. Roger MAYNARD a été organisateur et animateur d’une vingtaine de grandes conférences et Ecoles internationales, aux Houches, à Cargèse, à Paris. 

L‘école qu’il a organisée aux Houches en août 1978 avec Roger Balian et Gérard Toulouse sur la « Matière Mal Condensée » - avec l’intégration de nombreux (futurs) prix Nobel au sein des jeunes doctorants-   a probablement été une des meilleurs Ecoles de Physique jamais organisées, avec une formule qui a été reprises par d’autres organisateurs. Roger Maynard a très activement contribué à la création d’une interface pluridisciplinaire entre la physique de la matière condensée et d’autres domaines en physique, comme l’optique et la géophysique, dont profitera la nouvelle génération encore très longtemps. Sa toute dernière passion scientifique  était la flèche du temps. Encore tout récemment, fin avril 2015, il a fait une intervention grand public dans la section locale de la SFP à Rennes, et qui est postée en ligne sur Youtube. Roger MAYNARD a été précurseur en tant qu’enseignant et administrateur. Il a fondé l’un des  premiers deux Magistères de la Physique en 1986 avec l’Ecole Normale Supérieure de Paris, puis a créé l’Association des Responsables de Magistère en France et porté le projet de la Maison des Magistères de l’Université Joseph Fourier construite sur le polygone scientifique de Grenoble. C’est là qu’il a fondé en 1990 la  jeune équipe « Expérimentation Numérique »,  qu’il a dirigée jusqu’à sa transformation en Unité Mixte de Recherche de l’Université de Grenoble 1 et du CNRS en 1998. Le « Laboratoire de Physique et Modélisation des Milieux Condensés UMR 5493 », très attractif et cosmopolite, animé par de nombreux jeunes chercheurs et enseignants-chercheurs, est un laboratoire d’une grande excellence scientifique, porteur de la physique théorique et numérique à Grenoble.

Dans les années quatre-vingt-dix, Roger MAYNARD s’est impliqué dans l’administration universitaire et de la recherche. De 1994 à 1998 il a été vice-président de l’Université Joseph Fourier, chargé de la recherche, dans l’équipe de Daniel BLOCH. Entre 1999 et 2002 il a occupé différentes fonctions de conseiller auprès du Ministère de la Recherche. Autour de son 65e anniversaire, en février 2003, la communauté scientifique internationale lui a rendu hommage, et plus que 150 scientifiques se sont rassemblés à Grenoble, avec la présence et le soutien des dirigeants de l’Université, du CNRS et du Ministère de la Recherche. En 2005, année mondiale de la physique, Roger MAYNARD a été élu Président  de la Société Française de Physique, une responsabilité qu’il exercera pendant 2 ans. Pendant les 5 ans après il a présidé le Conseil d’Administration d’EDP Sciences, l’éditeur scientifique français, et dont les actionnaires sont les sociétés savantes de physique (80%), de chimie, d’optique, et des mathématiques.   Jusqu’à sa disparition, Roger Maynard était membre très actif du Comité d’Éthique du CNRS (COMETS). A ce titre il est intervenu régulièrement sur les publications scientifiques, le plagiat, et les archives ouvertes.

Roger Maynard, grand sportif en ski, natation, VTT, ping-pong et footing, l’homme  a toujours impressionné par son élégance, sa chaleur  dans son approche de la science, comme des personnes. Il savait écouter, conseiller sans donner des avis définitifs, mais toujours utiles. Il était une grande personnalité scientifique qui a toujours été d’un accès très facile pour tout ceux qui ont eu la chance de le croiser sur ses nombreux chemins, scientifiques, administratifs, sportifs, …qu’il a irradiés avec un bonheur toujours partagé. 

Bart Van Tiggelen & Alain Fontaine