La section Côte d'Azur de la Société Française de Physique organise le vendredi 5 avril, 17h00, une conférence grand public à la Bibliothèque Louis Nucéra de Nice.

 

A l'occasion de cette conférence, ou Caroline Champenois, Chercheuse CNRS, membre du laboratoire Physique des Interactions Ioniques et Moléculaires (PIIM) de Marseille. Ses recherches portent notamment sur les interactions laser-atomes. Caroline Champenois s'implique  dans les événements de vulgarisation scientifique (comme par exemple les 50 ans du laser ou l'Année mondiale de la lumière) et s'investit pleinement dans la Commission "Femmes et Physique" de la SFP. 

Femmes en sciences : des femmes invisibles aux femmes absentes. 

Ou comment les stéréotypes concernant les femmes en science ont la vie dure.

Aujourdhui, alors que les filles sont presque à parité avec les garçons en Terminale S, un quart seulement des diplômes d'ingénieurs sont délivréà des femmes. Globalement, les différences d'orientation entre filles et garçons se sont peu estompées avec le temps : aux garçons, les filières de production, la mécanique ; aux filles, les métiers du secteur tertiaire, les formations littéraires et le soin aux autres... Pourtant, il est clair que les professions scientifiques et techniques sont porteuses demplois car notre société, dont la technicité augmente, a de plus en plus besoin de profils de ce type.

Pour assurer une participation équitable des femmes et des hommes aux grands défis que notre société devra relever, ifaut lever les freins à l’entrée des femmes dans les carrières scientifiques et techniques. Ces freins sont souvent les reflets, inconsciemment partagés par tous, des modèles issus de lidentité traditionnelle féminine prescrite par la sociétéMettre en valeur les contributions des femmes scientifiques est un moyen de sortir de ces stéréotypes. Sera-t-il suffisant?

Entrée libre 

Pour plus d'informations : wilfried.blanc(a)unice.fr